Proposition de loi Cigéo : Les députés écologistes réformistes regrettent l'adoption d'un projet inadapté et précipité

Proposition de loi Cigéo : Les députés écologistes réformistes regrettent l'adoption d'un projet inadapté et précipité

 

 

 

Les écologistes reconnaissent bien sûr qu’une solution de traitement de ces déchets nucléaires doit être trouvée : « La génération qui a initié ce programme a été suffisamment irresponsable pour le lancer sans avoir solutionné ce problème majeur », souligne Véronique Massonneau, députée écologiste de la Vienne.  

 

 

François de Rugy, président du parti écologiste, ajoute « On nous a servi pendant des années l’idée que le nucléaire était  une énergie d’avenir, propre et peu coûteuse. Un mensonge que les écologistes dénoncent depuis 40 ans et qui se fait enfin jour : Le nucléaire est un gouffre financier, en plus de produire des déchets radioactifs que nous ne savons pas gérer. »

 

Tant sur le fond que sur la forme, les parlementaires écologistes pointent du doigt un texte inadapté. En effet, le stockage en profondeur pose la question de sa réversibilité, et de la gestion dans le temps des risques que ce mode de stockage représente.

 

« Faute de savoir les traiter, on enfouit nos poubelles radioactives sous terre et on dit aux générations futures : débrouillez-vous avec ça ! s’offusque François-Michel Lambert. Et qu’allons-nous pouvoir répondre aux industriels qui feraient demain la demande d’enfouir eux aussi leurs propres déchets chimiques et polluants ? » ajoute le député écologiste des Bouches du Rhône.

 

Sur la forme, le gouvernement n’a pas assumé ce projet qui aurait dû être au moins voté dans un projet de loi et non une proposition de loi comme aujourd’hui. Dans ce cas,  une étude d’impact et un avis du Conseil d’Etat auraient été établis et auraient permis une meilleure appréciation de ce projet d’enfouissement. Il est d’ailleurs à souligner que ni la Ministre de l’environnement ni le Ministre de l’économie ne sont venus défendre ce texte devant les parlementaires, que ce soit au Sénat ou à l’Assemblée.

 

Les écologistes sont déterminés à poursuivre leur lutte contre le « tout-nucléaire », dont la loi de transition énergétique préfigure enfin une véritable porte de sortie. Les modalités de son application sont en cours de discussion via la programmation pluriannuelle de l’énergie dont le projet a été publié ce 1er juillet. Les parlementaires écologistes réformistes comptent bien améliorer ce projet par tous les moyens en leur possession, pour que le coûteux et dangereux nucléaire recule enfin dans notre pays. 

 

 

Véronique Massonneau, députée de la Vienne, Vice Présidente du groupe SER à l'Assemblée,

François de Rugy, député de Loire Atlantique, président du parti écologiste

François Michel Lambert, député des Bouches du Rhônes, 

Eric Alauzet, député du Doubs

Paul Molac, député du Morbihan, 

Christophe Cavard, député du Gard