Loi biodiversité : l'Assemblée vote une loi ambitieuse

Ce matin, l’Assemblée nationale a adopté en nouvelle lecture le projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages.

Véritable marqueur écologique de ce quinquennat, avec la loi transition énergétique et l’accord historique de la COP 21 de Paris, ce texte ambitieux va permettre à la France de se doter d’un arsenal juridique fort pour protéger notre environnement. 


Ainsi, notre pays devient même pionnier en la matière avec la création d’une agence nationale  dédiée à la Biodiversité d’ampleur inédite. Nous nous félicitons également de l’inscription dans notre droit du principe de non régression environnementale, du principe de zéro perte de biodiversité, celui de solidarité écologique entre les territoires ou encore de la complémentarité entre agriculture et biodiversité.


Si le débat public et médiatique s’est focalisé sur la mesure phare qu’est l’interdiction des néonicotinoïdes, substances toxiques pour les pollinisateurs, elle ne doit pourtant pas occulter les nombreuses autres avancées de ce projet de loi que nous avons fièrement voté ce matin. 


Bien sûr le rôle de notre ancienne collègue Barbara Pompili qui a porté ce texte en tant que Secrétaire d'Etat en charge de la Biodiversité a été déterminant. Nous tenons à la remercier pour son engagement total en faveur de notre environnement et pour l’écoute qu’elle a su prêter à nos débats.


Aujourd’hui, fidèles à nos engagement pris devant nos électeurs en 2012 dans le cadre du rassemblement présidentiel, nous démontrons par ce vote important que c’est bien la voie de l’écologie réformiste qui permet de faire avancer concrètement l’écologie. 

Ce matin, l’Assemblée nationale a adopté en nouvelle lecture le projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages.

Véritable marqueur écologique de ce quinquennat, avec la loi transition énergétique et l’accord historique de la COP 21 de Paris, ce texte ambitieux va permettre à la France de se doter d’un arsenal juridique fort pour protéger notre environnement. 


Ainsi, notre pays devient même pionnier en la matière avec la création d’une agence nationale  dédiée à la Biodiversité d’ampleur inédite. Nous nous félicitons également de l’inscription dans notre droit du principe de non régression environnementale, du principe de zéro perte de biodiversité, celui de solidarité écologique entre les territoires ou encore de la complémentarité entre agriculture et biodiversité.


Si le débat public et médiatique s’est focalisé sur la mesure phare qu’est l’interdiction des néonicotinoïdes, substances toxiques pour les pollinisateurs, elle ne doit pourtant pas occulter les nombreuses autres avancées de ce projet de loi que nous avons fièrement voté ce matin. 


Bien sûr le rôle de notre ancienne collègue Barbara Pompili qui a porté ce texte en tant que Secrétaire d'Etat en charge de la Biodiversité a été déterminant. Nous tenons à la remercier pour son engagement total en faveur de notre environnement et pour l’écoute qu’elle a su prêter à nos débats.


Aujourd’hui, fidèles à nos engagement pris devant nos électeurs en 2012 dans le cadre du rassemblement présidentiel, nous démontrons par ce vote important que c’est bien la voie de l’écologie réformiste qui permet de faire avancer concrètement l’écologie.